Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
chouette philosophie!

chouette philosophie!

La chouette de Minerve (déesse romaine de la sagesse et de la science) symbolise la philosophie. Ce n’est qu’à la tombée de la nuit que la mythique bestiole prend son envol. Avec ses grands yeux allumés, elle nous incite à croire que la nuit est davantage propice à la réflexion et nous permet même de voir plus loin. Pour s’en convaincre, il faut savoir que la portée de l’œil durant le jour est d’à peine quelques kilomètres, alors que pendant la nuit nous percevons des étoiles et des galaxies situées à des millions d’années-lumière… Cher visiteur, ce blog se présente donc comme une chouette invitation à tenter de voir plus loin, plus clair et plus en profondeur. Bonne réflexion !

Publié le par La chouette

Qu'est-ce qu'une femme en 2017? Sommes-nous à ce point conditionnés qu'on refuse aux femmes de vivre harmonieusement en affichant leur pilosité naturelle?

Commenter cet article

caroline larouche 03/05/2017 20:36

Dans notre société , la femme se doit d'avoir une allure parfaite. Elle doit se coiffer, se maquiller et bien s'habiller chaque matin en plus de prendre soin de sa peau et de sa pilosité. Un homme n'a rien à se raser tandis que la femme ne doit pas avoir un seul poil superflu. Pourtant , si nous serions égales nous pourrions suivre la voie de certains philosophes telle que Jean-Paul Sartre qui pense que nous sommes libres de nos actions. En effect, la société devrait être plus ouvert ainsi nous pourrions faire se que l'on veux de notre pilosité. Je crois que Jean-Paul Sarthe penserais de notre société que nous sommes superflus et que nous ne sommes pas libre de nos propres décisions. En effet, la plupart des gens suivre le troupeau pour ne pas être jugé et cela crée des problèmes comme celui-ci. Je ne comprends pas pourquoi cette jeune femme est jugée alors qu'elle est libre de choisir ce qu'elle veut faire avec son poil.

Myriam Gravel 01/05/2017 17:50

Chez certaines personnes, le fait de laisser ses poils pousser est inacceptable et dégoutant pour une femme. Pour moi, je considère son geste comme un acte de courage et de bravoure. Peu de femme aurait laisser ses poils pousser en plus de les posters sur des réseaux sociaux. Il est évident que les gens apportent des jugement (souvent négatif) quand quelqu’un ressort du lot. La blogueuse Morgan Mikenas, qui se laisse pousser les poils des jambes et des aisselles, a été jugée par des enfants. Ceux-ci se moquent d’elle en lui disant qu’elle ressemble à un homme. Aujourd’hui, la société a ses propres critères de beauté et pour une femme, les poils ne font pas partie de ceux-ci! Cependant, selon le philosophe Sartre, il est question de liberté d’être dans ce geste. >. Donc, selon lui, les gens n’ont aucunement le droit de juger de telle sorte. Elle a choisi d’être ainsi et de prouver a une grande partie de la population qui elle est. Après tout, il ne faut pas ce cacher que toute les femmes ont des poils!

rachelb 01/05/2017 05:02

Cette femme a eu l’audace de démontrer qui elle est et de ne pas avoir peur des commentaires des autres. C’est très bien puisque ‘en 2017, les critères de beautés restent ridicules, une femme ne devrait pas avoir peur d’avoir les jambes poilues parce que ça déplait à certaines personnes. Nietzsche prenait le surhumain comme l’affirmation de l’individualité qui s’oppose à l’homme commun qui est vu comme une bête de troupeau. On peut y voir la discrimination entre hommes et femmes. Ce geste fait par un homme est simplement normal mais dès que c’est une femme, c’est mal vu et critiquer. Pour moi, elle est brave et courageuse, elle dit qu’elle est surhumaine, qu’elle ne veut pas être comme les autres et être au-dessus des critiques contre les femmes poilues. Elle démontre bien la pensée de Nietzsche, qu’être différent est meilleure que d’être comme les autres, que ce que tous penses n’est pas toujours la vérité. De plus, cela donne du pouvoir aux hommes de se laisser abaisser par les critiques qui nous sont donné par rapport à notre style.

FreeBill 01/05/2017 04:35

"Personne n'est plus arrogant envers les femmes, plus agressif ou méprisant, qu'un homme inquiet pour sa virilité." dit Simone de Beauvoir en 1949. Cette dernière a été la première féministe moderne. Le féminisme est un mouvement politique qui prône l'égalité réelle entre les hommes et les femmes dans la vie privée et dans la vie publique. À mon avis, un homme qui a du poil, soit une barbe ou du poil sur le torse par exemple, gagne en confiance. Ça l’aide à se sentir plus viril. Si les femmes faisaient toutes comme Morgan Mikenas, soit ne plus se raser, les hommes perdraient ces sentiments de confiance et de virilité. Pourtant, ils sont les premiers à porter jugement envers une femme qui fait comme choix de garder son poil. C’est un choix personnel que chaque femme devrait assumer afin de lui permettre d’être elle même et d’être bien dans peau. Nous vivons dans une société où les hommes sont privilégiés par rapport aux femmes. En effet, c’est eux qui ont amené l’idée première que les femmes ne devraient garder aucun poil sauf sur leur tête. Dans les années 1920, les compagnies voulaient faire plus d’argent alors elles ont créé des publicités qui rendaient les femmes honteuses d’avoir du poil afin de vendre des produits épilatoires. Mikenas explique qu’elle trouve ça injuste que les femmes se sentent obligées de ne plus avoir de poil sur leur corps. C’est insensé d’enlever quelque chose que Mère Nature a posé sur la femme. Si les hommes n’ont pas à se raser, les femmes non plus ne devraient pas avoir cette obligation. Sans aucun doute, Simone de Beauvoir serait si fière de Morgan Mikenas parce que c’est grâce à des personnes comme elle, qui dénoncent les stéréotypes d’inégalité entre les sexes, que l’égalité sexuelle pourra enfin exister.

PS : Je suis cette nouvelle vague féministe ; mes jambes sont naturelles depuis maintenant 11 mois!

Sabbrinna 01/05/2017 03:54

La pilosité chez l'homme et la femme porte une signification complètement différente pour la société. Chez l'homme, plus il y a de poils, plus il est viril, mais chez la femme, les poils sont considérés comme "dégoûtant" et "pas naturel". Ce que je trouve le plus révoltant dans cette réalité, c'est le fait que les femmes, les adolescentes et même les petites filles ont honte de leur pilosité. Elle ne se sentent pas bien dans leur corps et tout cela en raison des stéréotype mis en place par les publicités dans les magazines ou à la télévision. Par ailleurs, je trouve remarquable ce qu'a fait cette jeune blogueuse pour contrer les moqueries et laisser sont corps être à son vrai naturel. Selon moi, lorsque le philosophe Sartre dit: " la liberté se fait acte", il veut exprimer le faite que si nous voulons que que cette situation change, c'est-à-dire, que les femmes soit vues de la même façon que les hommes, il faut que l'on arrête de faire ce qu'on "doit faire" et faire ce que l'on veut. Il faut supprimer cette idée sexiste qu'est les rasage des poils chez la femmes, et opter pour légalité des sexes.

Annabelle Boudreault 01/05/2017 03:38

Qu'ont le veule ou non, le regard des autres est très décisif sur la plupart de nos choix. Notre société actuelle est remplie de normes et modèles dont nous sommes conditionnés depuis que nous sommes jeunes à suivre. Certaines personnes comme Morgan Mikenas ont réussi à sortir de ces conditions et à faire leurs propres choix sans tenir compte du jugement des autres. Si nous tenions compte de la philosophie de Jean-Paul Sartre, il serait entièrement en accord avec la brillante idée de Morgan. Selon ce philosophe, l’humain doit lui-même construire sa vie. Sartre a dit : « En fait, nous sommes une liberté qui choisit, mais nous ne choisissons pas d’être libres : nous sommes condamnés à la liberté. » En d’autres mots, l’homme est entièrement libre de faire les choix qu’ils désirent. Par conséquent, aucune norme ou modèle social n'indique à l'homme ce qu'il doit faire. Pour mettre un terme à mes propos, je crois que chaque personne a le droit d’être libre et de faire ce qu’il lui plaît. Ce n’est pas parce que notre communauté actuelle impose des normes et des modèles de beauté concernant les femmes que nous sommes obligés de les suivre.

Heidi Strozza 01/05/2017 00:26

Ce n'est pas la première fois que je vois passer une histoire dans le genre sur internet, et j'ai de la difficulté à croire qu'encore aujourd'hui, en 2017, on puisse se comporter ainsi. La pilosité, chez l'homme comme la femme est naturelle, ce n'est pas quelque chose que l'on doit désespérément tenter de cacher ou de discriminer. Chaque femme est libre de s'occuper de son corps de la manière qui lui chante. L'idée qu'elle doive totalement abolir toute forme de pilosité sur son corps est aberrant. Se raser dans le simple but de se conformer au stéréotype prive la femme, d'une certaine façon, de sa liberté. Le philosophe jean-Paul Sartre serait probablement en accord avec ce point de vue. Morgan Mikenas ne s'est pas rasée pendant un an, elle a choisi d'exposer au monde sa beauté naturelle, et ainsi se libérer de toute cette pression sociale et du stéréotype de la femme sans poils. Elle a fait ce choix pour elle, elle s'est choisie, elle est une femme libre.

Juliette Simard 30/04/2017 22:25

Dans l’article précédent est raconté l’histoire de Morgan Mikenas, une blogueuse populaire ayant décidé de cesser de se raser le corps. La jeune femme affirme que, malgré les nombreux jugements posés, elle laisse aller sa pilosité puisqu’il «y a plus dans la vie que se corps physique». C’est pourquoi elle ne fait rien qui puisse changer son apparence physique.
Si on prend en considération la pensée du philosophe Nietzsche, il est facile de constater que celle-ci va à l’encontre des idéologies de Morgan Mikenas. En effet, selon Nietzsche le corps est un être à part entière à lui seul. Il constitue l’essence même du monde. Celui-ci reflète notre moi véritable, et ce, avec une grande puissance. Bien que Nietzsche croit tout comme Mikenas qu’il faut écouter son corps, leur pensée est complètement divergente face à l’importance de celui-ci.
Je crois donc que Nietzsche serait pour le fait que les femmes laissent aller leur pilosité, mais qu’il l’expliquerait d’une autre manière : avec le concept «d’écouter son corps».

monique 30/04/2017 19:40

L’homme a le droit de garder ses poils et personne ne juge un homme pour cela. Mais lorsque l’on parle de la femme, c’est une réaction totalement opposée et agressive. Il y a longtemps, les femmes ne devait avoir absolument aucun poil sur son corps, même leur sourcil, mais nous sommes rendu en 2017. Nous ne devrions même pas se questionner à propos de ce sujet. La femme défend ses droits depuis longtemps. Je ne peux pas croire que ne pas se raser en fait partie et je crois que Jean-Paul Sartre serait du même avis. Chacun a le droit de décider de leur vie. Celui-ci aurait seulement vue en elle qu’elle prône sa liberté ce qui, pour lui, est l’essentiel. Cette jeune femme n’a pas seulement décider d’être libre de ses choix, mais elle a décidé de le montrer et voilà ce qui a provoqué une forte réaction de la part des internautes. C’est sa vie, ses choix sa liberté. Pour conclure, chez Sartre, j’existe et je suis libre et c’est ce que cette bloggeuse fait en cessant de s’épiler. Non seulement elle est libre, mais elle montre aux filles qu’elles peuvent être libre de leur choix et faire ce qu’elles veulent, tant que c’est pour leur bien. Donc oui, on peut dire que la liberté homme/femme a un lien avec la pilosité, même si il ne devrait pas, surtout au 21 ème siècles.

Elichouette2508 30/04/2017 18:28

L'égalité homme-femme aurait-elle un lien avec la pilosité?



Depuis de nombreuses années, la femme se sent inférieure face à l'homme et tente d'augmenter ses droits. En commençant par le droit de vote, la pilule contraceptive et la permission d’exercer un métier. Cela a donc permis à la femme d'être plus indépendante de l'homme et de s'y rapprocher. L'homme est un être complexe tout comme la femme, plusieurs différences biologiques et psychologiques viennent empêcher l'égalité de ses deux sexes.

La pilosité est quelque chose de très naturelle et présente depuis le début de l'homme, elle a pour fonction de réchauffer le corps et de le protéger d'infections. Au fil du temps, l'humain a développé d'autre moyen pour se réchauffer et se protéger amenant donc à la femme le choix de raser ce poil moins esthétique. C'est alors que tranquillement la société à associé à la femme cette valeur d'avoir un corps très faible en pilosité. Selon Freud, l'homme et la femme sont des êtres très différents mais tous les deux égales en fait d'importance sur la terre, pour lui il est très important de suivre ses pulsions. Alors s'il serrait encore de ce monde il féliciterait cette demoiselle de suivre cette pulsion qui est de laisser ses poils pousser. Mais pour revenir à la question, la réponse serrait non. L'égalité homme-femme se définit par beaucoup plus que la pilosité. Il n'est certain que d'enlever les stéréotypes que la pilosité sur la femme lui enlève sa féminité la rapproche évidemment de l'homme mais sans lui donner un lien direct.


Je termine donc en me questionnant sur est-ce si important de vouloir amener l'homme et la femme à un point égalitaire ou bien la réelle importance est d'avoir ses deux êtres si distincts par leurs qualités et leurs différences magnifiques.

Roxanne Bouchard 30/04/2017 16:49

Cette fille n'a pas simplement arrêté de se raser les poils du corps, mais elle a eu le courage de défier les stéréotypes de beauté actuels. Faire un tel geste de nos jours prend un courage hors du commun car depuis longtemps, les femmes occidentales se rasent le corps pour être plus ''belles'', pour être plus ''attirantes'', en fait pour être acceptées par notre société. Je pense qu'adhérer à de pareilles normes est en quelque sorte renoncer à sa liberté. À mon avis, Jean-Paul Sarte serait tout à fait d'accord avec la décision de cette jeune femme. Selon lui, > pour cette raison, je crois qu'il l'encouragerait dans ses démarches pour détruire certains stéréotypes que nous pourrions qualifier de stupide. De plus, Sarte serait surement choqué par tous sacrifices que les femmes doivent faire pour être belles aux yeux de la société car c'est un manque flagrant de liberté. Ces critères nous privent de faire nos propres choix!

Catherine Bergeron 29/04/2017 21:14

Quel choix dégoutant cette fille a fait diront certains. Je pense que cette femme est au contraire très intelligente et libre. Elle a choisi librement de ne plus se laisser plus définir par la société, qui par norme sociale de beauté se veut que les femmes soient sans poils. La pression de la société est très importante sur les choix que nous faisons, mais elle a décidé de redéfinir la femme, en bref de se redéfinir elle-même selon ses propres critères. Cette brave jeune femme a décidé d’accepter sa liberté, de l’assumer et de porter le poids de ses propres choix. Le philosophe Jean-Paul Sartre serait surement impressionné par la prise de conscience de la jeune femme. Il défini la personnalité comme étant un choix originel et ces choix qui impliquent généralement des actes, vont nous définir par la suite. Nous sommes ce que nous faisons. De ce fait, cette femme laissera sa propre trace sur terre, contrairement aux moutons de la société. Arriver à porter sa liberté de choix n’est pas une chose facile, elle est dans un camp à part, le sien. Elle rend donc son existence signifiante, elle donne un sens à sa vie et elle redéfini ses valeurs personnelles, qui peuvent par la suite inspirer d’autres individus à suivre sa trace. Chapeau pour sa grande innovation : « Le choix de la liberté personnelle».

Joey Landreville 29/04/2017 19:24

Depuis des lustres, l’humanité emploie de nombreux moyens afin de supprimer toute pilosité. Malgré l’attirail des produits de rasage des sections de supermarchés et le nombre d’experts en beauté, cette obsession pour l’épilation des femmes ne cesse de s’alimenter. Ainsi, de nos jours, dans notre société, une femme avec des poils est mal vue par les autres femmes et les hommes. Or Jean-Paul Sartre répondrait que «la liberté est choix.» ce qui veut dire que la société ne devrait pas dire aux femmes ce qu’elles doivent faire de leur corps. Chaque femme a le droit de se raser ou de ne pas se raser sans que la société ait son opinion là-dessus. De plus Jean-Paul Sartre ajouterait que «la beauté est une contradiction voilée» ce qui signifie que l’obsession de la beauté des femmes est un tabou dans notre société et que personne n’agit afin de défaire cette idéologie de la femme sans poils. Voilà pourquoi de nos jours, il existe un lien entre l’égalité des hommes et des femmes avec la pilosité.

Laurence Munger 29/04/2017 01:07

Une femme cesse de se raser et le monde arrête de tourner. Ceci témoigne du fait que nous vivons dans une société qui s’attend à ce que tout le monde suive la mode et se fonde dans la masse. Jean-Paul Sartre était d’avis que suivre la mode est une conduite ayant pour but de procurer une sécurité et de conjurer l’angoisse. En effet, il affirmait que l’une des manières d’être de mauvaise foi, c’est de mettre en avant des attitudes, des comportements, bref, une image de nous-mêmes qui ne nous représente pas tels que nous sommes vraiment. C’est exactement ce que Morgan Mikenas a refusé de faire. Elle a décidé de défier les normes de beauté sociales et de se présenter à elle-même et aux autres tels qu’elle est réellement. De plus, beaucoup de personnes semblent, aujourd’hui, ne pas avoir le courage et la persévérance pour affronter les déterminismes sociaux. Selon Sartre, l’engagement est une nécessité incontournable qui donne un sens à ce qui nous entoure. Il serait donc fier de voir quelqu’un prendre position et lutter contre la pression sociale. Bref, Jean-Paul Sartre lèverait probablement son chapeau à Mikenas pour ne pas s’être laissée figer dans un rôle stéréotypé et pour s’être engagée.

Alex Lapierre 28/04/2017 14:55

Cet article est la preuve que le conditionnement et la pression social peut influencer de grandement les comportements humains. Il n’est pas normal de constater qu’une femme ait à agir de la sorte pour se sentir équivalente à l’homme. Les croyances populaires qu’une femme doit être comme cela ou qu’un homme doit agir de la sorte doivent tomber pour que l’être est accès a un plein épanouissement et a une liberté individuelle. Jean-Paul Sartre, par sa pensée existentialiste, croirait que l’homme est libre de se définir lui-même par son projet puisqu’il n’y a pas de nature définie. Les seuls normes qu’il y ait sont ceux que l’on s’impose. Par son affirmation : « il n'y a pas de nature humaine, puisqu'il n'y a pas de Dieu pour la concevoir ». , nous comprenons que la liberté de choix est une vertu. Par conséquent, aucune norme sociale n'indique à l'homme ce qu'il doit faire. L'homme est libre! Ce principe s’applique universellement. Toujours selon Sartre, L’homme a établi un modèle de ce qu’il veut pour la généralité (dans le cas de l’article il s’agit des poils chez les hommes mais pas chez la femme).Cette croyance populaire fait preuve de mauvaise foi et nuit au développement de l’égalité homme/femme. Comme le dirait sa célèbre citation : « L'homme est condamné à être libre ». Nous sommes rien d’autre que ce que l’on fait de notre vie, alors si les femmes décident de se lever et de faire ce qu’elle veulent elles seront réellement libre et égale , mais si elle accepte de se conditionner aux boites que l’on impose, elles seront condamnés à vivre dans l’optique qu’elles obéissent sans broncher. De plus, plusieurs philosophes comme Montaigne croient fermement que l’appartenance de soi doit être prônée dans ce genre de situation. Montaigne dirait sans doute à cette jeune fille qui veut faire plaisir à l’homme en se dénudant de sa pilosité : « Mon opinion est qu’il faut se prêter à autrui et ne se donner qu’à soi-même. ». Il est évident que dans la vie tu dois agir selon tes désirs et ne pas se soumettre aux autres..

Marguerite 27/04/2017 16:15

L'humain est né poilu. Il est entièrement normal d'être doté certaine d'une pilosité, forte ou faible. Ces poils étaient anciennement un élément primaire à la survie de l'homme ; ils gardaient le corps humain au chaud, assuraient une protection contre différentes bactéries et infections.. Au fil du temps et de l'évolution, ceux-si sont devenus beaucoup moins utiles, et une étiquette masculine s'est collée à ces poils. Ainsi, la femme s'est vu ressentir une pression sociale, la poussant à retirer ses poils. De nos jours, cette pression sociale se ressent également chez l'homme ; bien que l'homme en soit moins touché, il n'est pas rare d'en voir s'épiler le torse, les sourcils.. Et même se tailler la barbe, ce qui n'était pas une nécessité avant ! Par contre, est-ce vraiment une pression sociale, une obligation donné à un individu par la société? Jean-Paul Sarte dirait que non, car chaque humain est libre de faire ses propres choix. Il affirmerait que ce n'est pas véridique de dire qu'on a pas le choix. Selon lui, on a toujours le choix de tout ce qu'on fai. Donc, la femme a le choix de ne pas se raser. La femme a le choix de garder sa pilosité bien présente. D'un même sens, elle a également le choix de se raser. C'est un choix conscient et personnel, et celui-ci devrait être accepté pas tous. Poil ou non, une femme reste une femme, et elle est libre de vivre sa féminité comme elle le veut. Sarte verrait le rasage comme un concept de liberté et de choix personnel plutôt qu'un concept d'obligation et de norme sociale, puisque tous les humain naissent libres et le seront tout le long de leur vie.

Adanac 27/04/2017 02:42

De nos jours, il semble y avoir une obsession en ce qui concerne la beauté. La plupart des gens veulent bien paraitre auprès des autres et font certaines choses qu’ils ne feraient peut-être pas sans la pression de la société. Nous pouvons observer ce phénomène d’ailleurs avec le rasage corporel. Il y a une certaine norme sociétale qui conseille fortement, pour ne pas dire oblige, les femmes à se raser. Le philosophe allemand Nietzsche qui affirmait que nous devons rejeter les « tu dois » et qui était contre toutes soumissions ou contraintes qui pourrait entraver notre liberté, serait bien contre ce concept de pilosité interdite. Nietzsche soutenait que nous devons créer nos propres valeurs sans chercher l’approbation des autres et il approuverait sans aucun doute Morgan Mikenas, cette blogueuse qui a décidée de s’accepter telle qu’elle est au naturel et de ne pas se conformer à la norme imposée par la société. Également, il disait qu’il ne faut par vivre dans le conformisme, mais qu’il faut privilégier s’aventurer dans des sentiers différents et c’est exactement ce qu’a fait Morgan Mikenas. Malgré l’opinion des autres, même si cela n’a pas toujours été facile, elle a décidé de ne pas se raser, car c’est ce qu’elle désirait. Elle a avoué que cela a été difficile au départ à cause du regard des autres et d’une honte qui n’aurait pas lieu d’être, mais Nietzsche prônait le fait de vivre des situations inconfortables, car cela engendre un dépassement de soi. Bref, ce philosophe qui conseillait de suivre ses instincts, serait tout à fait d’accord avec la démarche de cette fille qui ne suit pas le principe d’obligation de se raser qui est imposé par la société.

cat-philo 27/04/2017 01:28

Qui a décidé qu’une femme devait se raser pour être belle? Pourquoi est-ce normal que les hommes ne se rasent pas, mais les femmes doivent le faire pour bien paraître? Nous devrions avoir le choix lorsqu’il est question de notre corps. Ce n’est pourtant pas le cas. Les femmes sont obligées de respecter certaines « normes » de beauté, ce qui atteint leur liberté. Selon Sartre, nous ne devons pas nous laisser définir par les autres. La société a imposé un moule que chaque femme doit respecter pour être considérée comme étant belle et féminine. Nous ne devons pas oublier que chaque individu est condamné à être libre. Cette jeune femme a été très courageuse de ne pas se raser pendant un an. Toute liberté vient avec une responsabilité. Elle a très bien assumé la responsabilité de son geste, elle devrait en être fière puisque ce n’est pas tout le monde qui est assez courageux de porter cette responsabilité. Nous avons souvent tendance à refuser la responsabilité de notre liberté et d’être de mauvaise foi, mais ce n’est pas le cas de cette brave jeune femme! Sartre serait fier!

Maxim Caron 26/04/2017 02:32

Tout d’abord, je crois que dans notre société il n’existe aucune égalité entre les hommes et les femmes, puisque les femmes auraient un certain «moule» à respecter pour être à la hauteur des attentes de la société. Pour revenir sur le sujet, dans ce moule parfait, les femmes devraient être rasées tant aux aisselles, au pubis qu’aux jambes. Mais dans quel monde vivons-nous, chacun a le droit de vivre sa vie comme il le désire, si une femme veut se laisser pousser les poils, elle a le droit comme chaque personne a le droit de décider ce qu’il veut faire de leur corps. Dans la philosophie de Sartre, la liberté prédomine puisque selon lui, «l’homme surgit dans le monde et il y dessine sa figure». Cela signifie que l’humain doit lui-même construire l’avenir qui l’attendait, mais dans la société d’aujourd’hui, on ne peut plus faire son avenir. Alors, qu’une femme décide d’arrêter de se raser, est son propre choix, elle construit son chemin, elle exécute ce que Sartre aurait voulu que les humains fassent. Lorsque cette jeune femme a décidé d’arrêter de se raser, elle a fait parler, elle se faisait intimider par des jeunes. Bref, je crois que chaque personne a le droit d’être libre et de faire ce que bon lui chante, ce n’est pas parce que la société impose norme stricte concernant les femmes que nous sommes obligés de suivrent, même qu’il serait mieux si chaque personne faisait en sorte que cette vision de la femme parfaite change ou du moins que cela soit moins sévère.

Léanne Lespérance 24/04/2017 23:04

Comme le dirais Sartre: 'L'existence précède l'essence'. En effet, pour cette jeune fille qui a vécu de l'intimidation par rapport à sa pilosité lorsqu'elle était plus jeune, le moyen qu'elle a trouvé pour contrer le sentiment que cela lui causait a été d'agir. Elle a appris à s'aimer au naturel malgré le jugement que les autres portent et qu'ils porteront toujours. Ce n'est pas une question de génération. Chacun possède un esprit et pense différemment. Malgré cela, Sartre serait d'accord pour dire que nous sommes un être spirituel avant d'être ce que nous sommes ou de ressembler à ce que nous devrions ressembler. C'est pas parce qu’elle es née en femme qu'elle est contrainte à devoir ressembler à la femme type. Cela constituerait un atteinte à la liberté mais exister c'est être libre et être libre c'est choisir.

Catégories

Hébergé par Overblog